Les ailes du bateau – regard sur l'atelier danse – schools et pre-schools – Par Marie-Elodie Greco

LES AILES DU BATEAU


Les enfants participent aux ateliers de l’après-midi proposés à leur groupe et sont également invités à participer aux ateliers danse d’après le goûter, les schools et les pre-schools se rencontrent alors et partagent leurs centres d’intérêt.
Chez les schools, les aventures du bateau ATKA, le voilier polaire, nous portent depuis novembre : l’équipage, les rêves de voyages, l’eau sous toutes ses formes, le vent, les animaux du grand nord, la rencontre de l’autre, des éléments de la nature, les envies de dépassement de soi … C’est un univers foisonnant qui s’est ouvert à nous. 
Et … en bateau!! 
“On rame!” “Il y a des vagues!” On sort du bateau!” 
Les flocons de neige
Chacun transmet une posture pour créer une chorégraphie composée de différentes postures communes. Cette transmission donne lieu à des interactions intéressantes, les enfants formulent leurs idées verbalement, essaient de montrer clairement, donnent des conseils…

“Il neige sur les montagnes?” G. “ça tombe des nuages, mais c’est pas de la neige. En fait, c’est des diamants. Ils y a des gens qui viennent en bas de la montagne et ils en trouvent un.” E.
Les chiens de traineaux
“Ils vont vite vite vite, ils glissent sur la neige.”

Les oiseaux 
“Ils se suivent toujours.”
“Je suis la maman oiseau.”
“Regarde, un tunnel de glace!”
L’eau qui coule, une danse fluide

Elle passe par dessus les cailloux

Statues de glace – des duos en contact 
Nous continuons autour des statues. Un danseur complète la forme qui est proposée. 
Danses saccadées “On bouge et on s’arrête, on bouge et on s’arrête…”
Nous apprenons qu’il y a eu beaucoup de vent ces derniers jours autour du bateau Atka.
Un enfant montre dans quelle direction souffle le vent et les autres sont emportés par la tempête. 
“Là-bas!” “Un tourbillon!”

“Nous aussi on peut faire du vent.”
Nous créons une statue en soufflant sur différentes parties du corps. Puis nous poursuivons en adressant un son vers cette partie du corps. 
“chhhh” “GRRRRAAAAAAAAHHH” “Plic, ploc” 

D’après un récit de Paul, à bord du bateau, nous avons commencé à explorer, nous aussi, les sauts possibles d’une plaque de glace à l’autre. Depuis cette exploration, les enfants ont soif de développer leur technique de saut, nous explorons donc cet intérêt de manière approfondie en découvrant et inventant tout un vocabulaire. De deux pieds à deux pieds, de deux à un pied, de un à un, de un à deux … C’est l’occasion d’apprendre les mots de la danse  :”grand jeté”, “temps levé”, “saut de chat”….
Comme le capitaine du bateau, nous avons tracé des itinéraires sur papier, puis nous nous déplaçons dans la salle selon ce tracé. Nous avons également développé cette notion en dessinant le trajet global d’un danseur en mouvement, puis le trajet d’une partie de son corps repérée par un petit scotch de couleur. 


Cela a amené les enfants a dessiner le danseur lui-même. 
“C’est L. , elle court, elle saute et elle réatterrit.” 
“C’est la danse de l’épaule de M.” 
Pour les Pre-school, l’arrivée de l’hiver, de la glace, de la neige et notre thème Eco-school nous ont amené à explorer l’univers de l’eau également. Nous dansons comme l’eau : elle coule, elle éclabousse, elle passe sous des ponts, par dessus des cailloux, elle se transforme en neige légère, en glace très dure …

Les projets développés en classe alimentent également nos explorations …

Les enfants ont développé un intérêt particulier pour les empreintes. Nous avons travaillé sur les traces que les parties du corps peuvent laisser au sol en les dessinant et en élaborant des danses avec des contraintes de contact avec le sol.

Quelle est la partie du corps en contact avec le sol, avec l’autre, avec une autre partie de mon corps? 
Quelle danse peut naitre lors que je cherche à maintenir ce contact choisi? Et si je mets plus de poids? 
Nous élaborons ainsi le notion d’appui, fondamentale en danse. 

La cabine de mesure de l’ours polaire, installée dans la piazza a amené les enfants à danser selon 3 niveaux d’espace : au sol, à mi-hauteur et debout. 

Les enfants renforcent leur apprentissage d’une notion découverte en classe en la “mettant en danse” dans l’atelier et vice-versa.

Au début de chaque atelier, je propose différentes manières de partir en voyage. Ce rituel d’entrée en danse sert de support à l’imaginaire, le voyage nous permet des explorations infiniment créatives.



En voiture, en train, en bateau…

 
Nous explorons la fluidité de l’eau …


L’eau passe sous les ponts



Et sur des cailloux


Se transforme en glace… Puis : ” On fait la danse des robots? Quand il n’y a plus de batterie, on se couche.” “Mets la musique du robot, s’il te plait.” 
Les enfants s’emparent de l’inspiration donnée par la danse de la glace pour y intégrer leur imaginaire lié à la sensation. 

Des jeux d’imitation et de mémorisation. “Je fais un animal. Il marche comme ça”



Les enfants explorent leur relation à l’objet et montrent leur mouvement aux autres qui le reproduisent. Nous arrivons à accumuler jusqu’à 8 mouvements pour créer une chorégraphie!


“J’aimerais faire la trace de mes lettres.” C’est un L et ça c’est un O, j’ai besoin de quelqu’un pour le U.”


Inspirés par la caverne installée par Ana et son histoire : “On peut danser avec les lampes de poches?” “Il faut éteindre la lumière!” “Viens danser là où j’éclaire” “La lumière est sur ton dos. Bouge ton dos.”

Chaque enfant présente aux autres une danse inspirée du travail du jour. 

Responses

Your email address will not be published.