Entrez dans notre petit coin de Chine !

Dans ces ateliers, la Chine et le chinois sont prétextes à la découverte d’autres sons, d’autres fêtes et coutumes, d’autres comptines, d’une autre écriture…et parfois même d’autres goûts ! « On a mangé des yeux de dragons !!! »

Je propose chaque semaine un thème (une fête traditionnelle, les animaux du zodiaque, panda et bambou, dragon, ou les couleurs, les chiffres etc.) pour leur faire découvrir des domaines inconnus, les décontenancer un peu ou les faire réfléchir sur nos différences et nos similitudes.
« Ils ont des drôles d’idées, des fois, ces Chinois… » a décrété un jour L., les yeux tout ronds, après une histoires de piété filiale…
Plutôt qu’un véritable apprentissage du chinois, je propose donc aux enfants un détour par la Chine et Taiwan. D’ailleurs, j’ai vite dû me rendre à l’évidence : l’idée un peu saugrenue d’apprendre des mots chinois en répétant tous ces sons « bizarres » les laissait perplexes…
Et ce n’est que tout récemment qu’ils semblent y prendre goût, comme s’il avait fallu cette longue mise en contexte pour que cela fasse sens d’apprendre un peu de chinois. Je vais donc essayer de profiter de ce nouvel intérêt jusqu’à la fin de l’année.
Par contre, ils ont tout de suite croché sur l’écriture chinoise. Quelle joie pour eux de reconnaître un caractère alors qu’ils ne savaient pas encore lire ! Or il existe tout un matériel pour les aider à deviner la signification des caractères.

Par exemple, après avoir vu une image comme celle-ci, le caractère pour montagne est ensuite aussitôt reconnu, alors que le mot français « montagne » est si compliqué à lire…
En début d’année, ils ont donc appris à reconnaître quelques caractères :

Et certains ont spontanément essayé d’en recopier :

M. recopie l’idéogramme « fleur », et M. complète son bricolage improvisé.
Vos enfants ont une passion pour les histoires et ça tombe bien : la Chine ne manque pas de légendes, ou de ces petites histoires avec morale à l’origine d’expressions appelées chengyu. Et depuis quelques semaines, ils réclament que je leur fasse des lectures bilingues chinois-français !

La véritable histoire de Mulan.
Je consacre donc un moment à une lecture en lien avec le thème du jour, et le soi-disant écart culturel n’empêche absolument pas de s’identifier aux personnages :
« Moi je suis lui (le gentil empereur) !! Moi je suis elle (la déesse de la lune) ! »
Parfois, on révise ce qu’on a appris avec un coloriage, un dessin ou un jeu.

« Je m’appelle…. » ou compter jusqu’à 6.

La pêche aux poissons « papa », « grande sœur », « moi » etc.
M. « Dis moi un autre, je veux le trouver tout seul ! »
Et l’atelier se termine avec une activité manuelle, toujours en lien avec le thème que nous avons abordé :

Colorier les fruits ou les pièces de tangram de la couleur indiquée.

Découper des « fleurs de fenêtre » et des caractères porte-bonheur pour nouvel an.

Fabriquer une petite marionnette grenouille pour illustrer une comptine bien connue.

Ou des « carpes d’avril » pour le 1eravril…qu’on se colle directement sur le dos !

Présenter sa famille. « Baba jiao (papa s’appelle)…euh….papa ! »
Et puis des fois on se dit qu’en fait, on n’a déjà plus rien à leur apprendre :
« Pourquoi d’après vous la grenade symbolise le fait d’avoir beaucoup d’enfants ? »
« Parce qu’elle a plein de graines, et que c’est avec les graines qu’on fait des bébés ! »
Tout est dit.

Responses

Your email address will not be published. Required fields are marked *