Nous les travailleurs, par Mathilde

De retour des vacances, nous avions toujours envie de nous amuser dans cette partie que nous avons renommée "les Travaux". Ici tout est possible, tout est réalisable, tout est grand !

Cette fois, plus de machine pour casser les murs, mais des ficelles pour tout relier. 

A vrai dire, il n'y avait pas de but défini à faire cet art vraiment abstrait qui a fini par s'appeler "la toile d'araignée", 

mais cela nous a permis de faire une transition entre l'ancien projet et notre envie de faire des nouvelles constructions avec des nouveaux matériaux. 

Alors hop, un peu de rangement !

Et c'est reparti ! Mais autrement.

"Là, il faut faire un nœud très fort sinon ça va se casser." M.

"Moi je prends une chaise pour faire tout en haut." H.
"Comme ça on est plus grand !" A.

Parce que dans notre groupe, ce qui est important c'est de savoir utiliser nos mains, notre force et surtout d'apprendre à collaborer avec les autres.

Nous voilà avec d'autres matériaux ! Alors nous explorons, nous nous interrogeons, nous nous mélangeons, nous aidons...

"J'accroche, comme ça on pourra soulever le bloc" L.

"Ici, je met un tuyau dans la maison, comme ça il y aura de l'eau" L.

"On crée pleins de sièges comme ça tout le monde pourra s'asseoir dans le bateau" H.
"Non, c'est une machine où il y a des volants, tout le monde peut conduire." E.
"Je fais comme ceux qui réparent" T.

Responses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *