Les animaux de la forêt, projet des/avec les 3 atelieristas de l'écoline

En début d’année scolaire, Marie-Elodie (plus tard remplacée par Iris), Anne-Marie et Angeline, les 3 atelieristas de l’écoline se sont retrouvées pour réfléchir à un projet collectif qui permettrait aux enfants d’explorer un thème au travers de 3 langages, soit la danse, les arts plastiques et la connexion à la nature. 
Nous avons choisi le thème de la forêt, espace riche en explorations, cher aux enfants et facilement accessible. Les premières semaines, nous avons surtout observé les enfants pour comprendre ce qui les intéresserait et nous permettre d’affiner le projet.

Les enfants ont construit des abris pour les animaux de la forêt, pour préparer la saison d’hibernation.
Ils se sont imaginés être des animaux de la forêt, biches, loup, mais aussi licornes…
Les loups hurlent à la lune et essayent de manger des flocons de neige
Que mangent les biches? Et les écureuils?
Les preschool nous aident à construire les abris et imaginer comment les animaux vivent dans la forêt.

Nous nous inspirons des intérêts des enfants pour proposer un travail sur les animaux de la forêt au travers du mouvement, de la création et de l’immersion en nature.
Avec Iris, les enfants s’inventent une forêt imaginaire dans l’atelier. Tantôt arbre, tantôt créature de la forêt ou animal, ils dansent avec des éléments récupérés en forêt, par petits groupe ou seul, dans des abris improvisés. 

Dessin de la forêt imaginaire par 2 et tracé de son partenaire dans son dos.
Avec Anne-Marie, les enfants peignent une grande forêt collective puis s’intéressent de plus prêt à quel animal ils aimeraient incarner. Leurs recherches les amènent à créer des masques d’animaux et les mettre en scène en forêt et dans la forêt imaginaire de l’atelier. 
Le projet de masques sera présenté dans le prochain blog!
Avec Anne-Marie, les enfants cherchent à créer une scénographie dans l’atelier pour enrichir leurs explorations du mouvement dans l’espace forêt-imaginaire. Comment créer des arbres qui permettent de nouvelles propositions de mouvement et de création d’histoires pour les animaux qui évoluent dans cet espace?
Explications d’Anne-Marie:
Et pourquoi ne pas amener un morceau de forêt  à l’intérieur de l’écoline ?

En disposant des branche et des morceaux d’écorce au sol, les enfants recréent leur arbre.

Ces arbres vont être recouvert de papier. Nous allons utiliser la technique du frottage.

C’ est un procédé graphique et pictural inventé par Max Ernst en 1925 et aujourd’hui encore  toujours largement utilisé,  par Giorgio Penone.

Les enfants vont frotter au fusain (branche de saule carbonisée) ou graphite, les reliefs des branches et feuilles. 
L’arbre apparaitra et prendra forme…
Les différents langages se répondent et s’enrichissent. Dans l’atelier, les enfants s’inspirent des découvertes en forêt et de la relation crée avec l’environnement naturel. Les masques et la scénographie créent un contexte immersif et magique pour interagir de façon créative et ludique avec ce lieu imaginaire. Les mouvements inspirés des animaux et des végétaux se transposent à l’extérieur et permettent un nouvelle relation au vivant.


Comme plusieurs parents n’ont pas encore eu l’occasion de visiter le “canapé forestier” et sont curieux de savoir à quoi ça ressemble, voici pour finir une petite vidéo prise vendredi d’un moment typique de la vie du “canapé”:

Responses

Your email address will not be published. Required fields are marked *